Rencontre avec la créatrice des bijoux Mon Petit Musée

Image 2

 

 

Photo sophie

 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel ?

J’ai fait une prépa HEC puis j’ai intégré l’ESCP. Stimulée par des grands-parents architectes et amateurs d’art, j’ai passé beaucoup de temps à visiter tous les musées de Paris. A la rentrée suivante, je me suis inscrite en histoire de l’art à la Sorbonne, sans pour autant abandonner mon école de commerce. Et puis plusieurs stages se sont enchaînés : dans la maison de ventes aux enchères Christie’s et dans des galeries d’art, avant que je ne commence à travailler pour l’opérateur de musées et monuments Culturespaces, qui gère notamment le musée Jacquemart-André à Paris ou les Arènes de Nîmes. Enfin, de 2012 à 2014, j’ai dirigé l’exploitation du musée de Montmartre, petit musée charmant niché au sommet de la Butte.

D’où vous est venue l’idée de créer Mon Petit Musée ?

Quand je suis tombée enceinte, j’ai voulu changer de vie. Gérer un musée touristique comme le musée de Montmartre, ouvert tous les jours de l’année et fonctionnant avec très peu de personnel n’était pas de tout repos. Et puis l’aventure entrepreneuriale m’attirait depuis un certain temps. L’idée de Mon Petit Musée m’est apparue tout simplement en observant l’offre en bijoux dans les boutiques de musée. On y voyait soit des gadgets bas de gamme made in China, soit des bijoux chers pour des femmes d’un certain âge. Je me disais qu’il manquait une offre intermédiaire, jeune, qualitative et à prix raisonnable. Par ailleurs, je voyais que les musées souhaitaient de plus en plus customiser leurs produits. Encore une fois, ce qui devenait courant pour les mugs, magnets, t-shirts, sacs ect n’existait pas encore pour les bijoux.

Comment choisissez-vous les oeuvres que vous faites revivre avec vos bijoux ?

J’ai commencé par créer une petite collection en choisissant moi-même des motifs. Je voulais aborder les grandes périodes de l’histoire : La Renaissance, l’Impressionnisme ou le Siècle d’or espagnol avec les artistes les plus populaires : Monet, Leonard de Vinci, Van Gogh, ainsi que des formes qui parlent à tout le monde : un ange, un chat ou une princesse. Ensuite, j’ai fabriqué « à la demande » de mes clients.

Détouré chaiseDétouré Ange RaphaelDétouré joconde

Quels sont vos artistes favoris ?

Personnellement j’aime beaucoup la Renaissance florentine Fra Angelico, Lippi et Botticelli. Mais aussi des artistes plus modernes comme Degas, dont le dessin est très expressif et les sujets – les danseuses, la vie parisienne – pleins de charme.

Pourquoi ne vous inspirez-vous que de tableaux ?

Je ne m’inspire presque que de tableaux, j’ai créé un pendentif à l’effigie du buste de Nefertiti conservé au musée de Berlin. En fait, mes pendentifs sont en deux dimensions, et donc plus à même de reproduire un personnage peint qu’un personnage en ronde bosse.

Collier Nefertiti

Comment se passe le processus de création des bijoux ?

Je dessine un motif, d’après une œuvre, en la simplifiant tout en essayant de conserver son caractère. Puis mon dessin est traduit par le logiciel d’une machine à découper et graver des plaques de laiton. Après de nombreux traitements de surface, les pendentifs sont dorés à l’or fin. Tous les éléments sont certifiés origine France et sont travaillés en France. A mon atelier, je m’occupe ensuite d’assembler mes créations sur des chaînes de collier ou de bracelet, elles-mêmes fabriquées sur mesure.

Bracelet TDM

 

Quelles sont les valeurs que vous portez à coeur avec ce projet ?

Avec ce projet, je souhaite injecter de jolis produits, artisanaux et made in France dans les boutiques de musées et dans des concepts stores, je souhaite délocaliser la vente de bijoux culturels ailleurs qu’au musée. Je crois beaucoup à la popularité, même au 21eme siècle, de motifs peints par nos vieux artistes européens. Je crois beaucoup aussi à la recherche de produits de qualité, par tous, même par les touristes qui arpentent les rues de Montmartre !

Qui vous accompagne dans Mon Petit Musée ?

Je me suis entourée d’excellents fournisseurs de confiance, qui ont comme moi l’amour du travail bien fait. Et je suis épaulée par mon mari, qui m’encourage depuis la première seconde. Historien de l’art et homme de goût, il me conseille beaucoup !

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

J’aimerais à présent développer davantage de produits textiles, comme des foulards. J’en ai fabriqué une toute petite quantité en Italie le mois dernier. J’espère que le succès sera au rendez-vous !

 

Collier La Petite Danseuse de Degas

Collier La Petite Danseuse de Degas

Le stand de Mon Petit Musée au salon Museum Connections

Le stand de Mon Petit Musée au salon Museum Connections




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>